Proposition 1

L'impact du sémantique sur la constitution
des représentations cognitives

Les problèmes les plus importants qui se posent aujourd'hui dans ce contexte, mais qui ne feront que croître en acuité, sont notamment ceux liés aux savoirs techniques et à leur expression linguistique, déterminante dans les modalités de leur transmission.

On ne sait guère encore analyser comment se structurent et se communiquent les savoirs ancrés dans des domaines de spécialité et encore moins comment traiter les grands fonds documentaires et de connaissances un peu partout engrangés. D'où ce premier appel à propositions, lesquelles devront porter sur la recherche et la modélisation de ces phénomènes dynamiques qui vont articuler l'émergence de processus sémantiques à la constitution de représentations cognitives fondant des savoirs et des pratiques prenant forme ultérieure de domaines de spécialité, par suite de typologisations de connaissances.

Deux interrogations de recherche sont au moins ici convoquées :
- La première concerne la relation entre langage et cognition : en quoi et comment advient-il au sémantique d'excéder le linguistique, au sens du rapport souvent déséquilibré entre savoirs et sens explicitables i.e. formulables et savoirs au sens implicites ou non formulés ? Le sens est-il seulement confiné au langage ? Et sinon, comment se forment, se transmettent et s'organisent des processus sémantiques combinant différentes modalités d'expression et d'accès à l'information ? Quels problèmes émergent aujourd'hui en ce qui concerne les formations de savoirs socialement répartis et les types de traitement des lexiques et/ou des textes ? Quelles nouvelles formes de présentation, de gestion et d'accès aux mémoires externes sont requises en vue de cerner des applications adaptées ou de pallier des dysfonctionnements tant sémantiques que socio-économiques ?

- La seconde interrogation porte sur les modalités sémantiques de construction des nouveaux "objets" de connaissance et leur organisation au sein de représentations spécifiant des domaines de spécialité et des savoirs déterminés. S'agissant d'informations et de connaissances stockées, ces objets sont nécessairement à la fois immatériels (les savoirs) et matériels (savoir faire et pratiques associées ; éléments-objets, outils, espaces construits - qui constituent des supports de mémoire). Comment va se composer cette articulation selon les domaines et les applications concernés ?



GIS
"Sciences de la Cognition"

Sommaire

Sémantique et
mémoire externe (1995)