Réflexion de prospective

Dysfonctionnements
de la cognition

Rapport de synthèse rédigé par Jean-Gabriel Ganascia


Préliminaires

Dans le cadre de ses réflexions de prospective, le GIS Sciences de la Cognition a souhaité aborder l'approche cognitive des dysfonctionnements cognitifs de patients affectés de troubles ou de maladies neurologiques ou psychiatriques. L'approche cognitive que le GIS désire promouvoir ici vise à l'élaboration de modèles cohérents capables de rendre compte aussi bien des données fournies par l'expérimentation chez le sujet sain que de celles issues de la description d'anomalies de conduites mentales ou neurologiques. C'est donc au carrefour de la psychiatrie et des neurosciences, dans toutes leurs composantes, expérimentales et cliniques, humaines et animales, que se situe la réflexion de ce groupe de prospective.

Une première réunion, le 27 juin dernier, a permis de faire un rapide tour d'horizon du paysage et des besoins. Étaient présents à cette première réunion, les personnalités suivantes :
Une seconde réunion, prévue le 8 septembre à 14h30 dans les locaux du GIS Sciences de la Cognition à Meudon, devra affiner les propositions initiales de façon à préciser, si le besoin s'en fait sentir, les grandes lignes d'une action incitative ciblées qui, pour l'année 1995, ferait l'objet d'un appel d'offre soumis aux équipes concernées avant le 15 septembre.

Ce rapport propose une synthèse, très certainement naïve et imparfaite car rédigée par un ignorant complet de la matière. L'objectif ici est de faire état des points saillants de la discussion du 27 juin pour fixer quelques lignes directrices et, éventuellement, provoquer des réactions lors de la prochaine réunion. Les notes que j'ai prises étant dispersées, j'ai essayé de reconstituer le fil de l'implicite qui me semblait sous-jacent aux différentes interventions. J'ai donc ajouté ce qui m'est apparu comme un présupposé nécessaire à la compréhension de l'ensemble : grâce à cela, j'ai pu me livrer à un jeu de patience où les interventions de chacun se retrouvaient. On se convaincra aisément qu'un tel travail de reconstruction est éminemment personnel.

N'étant pas un spécialiste, je n'ai pas de prétention : toutes les critiques sont recevables, je ne m'en offusquerai aucunement, bien au contraire, car si elles sont assorties de propositions de correction, elles me permettront de progresser dans la compréhension de ce domaine passionnant et j'en serai ravi.

Au deux phases de la réunion du 27 juin, une phase de discussion générale, et une phase plus spécialement destinée à faire des propositions d'action, correspondent deux phases de ce rapport. La première sera elle-même divisée en deux parties, l'une tâchant de rappeler ce que l'on entend par approche cognitive des dysfonctionnements de la cognition, l'autre qui essayera de dégager les thèmes et les domaines concernés. La troisième partie du rapport, consacrée à la seconde phase de la réunion, fera état des propositions : actions incitatives, rédaction d'un rapport, état des lieux, annuaire des équipes et des travaux, écoles de formation.

Au terme de ces préliminaires, je dois préciser que ce rapport n'engage pas le GIS Sciences de la cognition : ce n'est qu'un document de travail interne au groupe de réflexion sur les dysfonctionnements de la cognition. Son but : aider à mieux se comprendre et à mûrir la réflexion au sein de ce groupe de réflexion. Les propositions d'actions présentées en fin de rapport ont été formulées par le groupe, ou tout au moins, c'est ce que j'ai retenu des propositions formulées au cours de la réunion du 27 juin ; elles ne sauraient en aucune manière être considérées comme une déclaration d'intention.
page suivante




GIS "Sciences de la Cognition"

Sommaire

dysfonctionnements de la
cognition