GIS Sciences de la Cognition

PROPOSITION D'ECOLE THEMATIQUE -

APPROCHE COGNITIVE DES DYSFONCTIONNEMENTS DE LA MEMOIRE

 
Lieu : Le Bischenberg (67)

Date : octobre 1998

Durée : 4 jours

 

Comité scientifique :

C. DESROUENE (Professeur, Hôpital de la Salpêtrière, Paris), R. JAFFARD (Professeur, URA 339, Bordeaux), M. LE MOAL (Professeur, INSERM Unité 259, Bordeaux), J.-P. MARC-VERGNES (Professeur, INSERM Unité 230, Toulouse), M.-C. HARDY-BAYLE (Professeur, Hôpital Richaud, Versailles), S. DE SCHONEN (CNRS UPR 9012, Marseille), M. VAN DER LINDEN (Professeur, Université de Liège, Liège), D. WIDLOCHER, (Professeur, Hôpital de la Salpêtrière, Paris).

 

Comité d'organisation :

J.-M. DANION, P. NORTH, R. SARFATI, A. UNGERER, B. WILL


THEME

SITUATION SCIENTIFIQUE ET OBJECTIFS

Intérêt du thème et des objectifs de l'Ecole sur le plan de la recherche.

Cette école s'inscrit dans la perspective de l'étude des dysfonctionnements de la cognition. Elle est centrée sur l'approche cognitive des dysfonctionnements de la mémoire.

La neuropsychologie cognitive des dysfonctionnements cognitifs et mnésiques qui caractérisent les patients atteints de certaines maladies neurologiques ou porteurs de lésions cérébrales traumatiques a pour objectif de mieux connaître ces dysfonctionnements, mais joue également un rôle considérable dans l'évolution des conceptions sur le fonctionnement cognitif et mnésique du sujet normal. De plus, l'étude des déficiences d'une fonction cognitive peut se conjuguer à l'étude des mécanismes de compensation ou de suppléance par lesquels d'autres fonctions cognitives prennent partiellement ou totalement en charge l'activité cognitive qui était dévolue à la fonction déficiente. Elle rend alors possible une réhabilitation des fonctions cognitives.

Les concepts et des méthodes des sciences cognitives peuvent être également utilisés pour étudier les troubles cognitifs et mnésiques qui accompagnent les pathologies psychiatriques comme la dépression, l'anxiété et la schizophrénie, ou la prise de médicaments psychotropes. Les objectifs de cette démarche sont de décrire ces dysfonctionnements, d'en comprendre les mécanismes en termes de perturbations des processus cognitifs, d'en évaluer les répercussions sur les niveaux les plus intégrés du fonctionnement cognitif et sur la vie quotidienne et d'en proposer des modèles explicatifs susceptibles de faire l'objet de simulations. Au delà de ces objectifs, son ambition est de permettre une meilleure connaissance des pathologies elles-mêmes et l'élaboration de nouvelles classifications psychiatriques. Comme dans le cas de la neuropsychologie cognitive, cette démarche est susceptible de mettre à l'épreuve les modèles théoriques du fonctionnement normal, notamment dans les relations de celui-ci avec la conscience, les émotions et le contrôle de l'action.

Les domaines principalement concernés par ces nouvelles orientations sont :

- La neuropsychologie cognitive, qui illustre l'intérêt d'une approche multidisciplinaire fondée sur l'articulation des sciences médicales et cognitives.

- La psychologie clinique et la psychopathologie cognitive qui peuvent trouver un renouveau complet de leurs approches traditionnelles.

- La psychologie cognitive , dont les modèles du fonctionnement cognitif élaborés chez le sujet normal peuvent être mis à l'épreuve et enrichis par leur confrontation aux données de la pathologie.

- L'ergonomie et la pharmacologie, pour tout ce qui concerne l'étude des effets du vieillissement, de la fatigue, du maintien de la vigilance et de la prise de médicaments.

Public concerné :

La difficulté majeure que rencontrent ces nouvelles approches réside dans le fait qu'elles font appel à divers domaines de compétence - sciences cognitives, sciences médicales et sciences pharmacologiques - à l'origine distincts. Considérant que chacun de ces domaines doit s'enrichir considérablement au contact des autres, cette Ecole Thématique se propose de faire se rencontrer, dans un perspective résolument pluridisciplinaire, des chercheurs en sciences cognitives et des cliniciens autour du thème des dysfonctionnements de la mémoire.

 

Pré-requis :

Compétences dans les domaines des sciences cognitives, de la neuropsychologie, de la psychopathologie et/ou de la psychopharmacologie.

Conséquences attendues

- Actualiser les connaissances des participants en faisant intervenir des conférenciers de haut niveau.

- Sensibiliser les chercheurs en sciences cognitives à l'étude des dysfonctionnements de la mémoire, notamment comme moyen de mise à l'épreuve des modèles théoriques de mémoire.

- Sensibiliser les cliniciens à l'intérêt de recourir aux modèles et aux méthodes des sciences cognitives pour l'étude des pathologies de la mémoire.

- Affiner les concepts et les méthodes d'étude permettant d'améliorer les thérapeutiques des troubles de la mémoire.

 

Grands axes du programme

Voir programme scientifique en annexe 1.

 

Aspects innovants

Cette action compléterait celle que le GIS a déjà initiée dans le même domaine des approches cognitives des dysfonctionnements de la cognition sous la forme de deux appels d'offre de recherche (1995 et 1997), largement ouverts aux différentes communautés concernées.

Modalités pédagogiques

Cette Ecole adoptera un format didactique et interactif sur le modèle de conférences et d'ateliers, de façon à favoriser les échanges entre les deux communautés concernées et le développement de futures collaborations scientifiques.

Procédures d'évaluation

L'évaluation se fera par voie de questionnaire distribué aux participants à l'issue de l'Ecole, afin d'en déterminer l'apport. En particulier on essaiera de voir si l'Ecole ouvre des perspectives nouvelles et si elle répond aux attentes des différents participants.

Ces données seront analysées par le GIS pour évaluer l'apport d'une telle Ecole dans l'ensemble des actions que le GIS mène ou peut entreprendre pour le développement de cette thématique au sein des sciences de la cognition.

Mots clés

Cognition - Mémoire - Psychopathologie - Neuropsychologie - Psychopharmacologie.


Modalités pratiques

Effectifs
prévus : de 40 à 60.

Les participants potentiels appartiennent d'une part à des laboratoires CNRS, INSERM ou CEA, et d'autre part au milieu hospitalier (Professeur des Universités - Praticien Hospitalier, Praticiens de Recherche Associés et Assistants Hospitaliers de Recherche du CNRS).

Au total, on peut estimer qu'une moitié des participants appartiendraient à des structures CNRS.

Justification du choix du lieu :

Soutien logistique et organisationnel du &laqno; Réseau Grand-Est de sciences de la cognition ».

Communication :

Affiches, publications du CNRS, Lettre d'information du GIS &laqno; Sciences de la cognition ».